Cote hublot s’il vous plait

Les meilleurs sièges à bord d’un avion sont côté hublot ! Cette photo en constitue une preuve formelle.

Cote hublot s'il vous plait 

Comme pas mal de rêveurs, je reste les yeux rivés à l’extérieur quand j’ai la chance d’avoir un « window seat ». Et le meilleur cadeau, c’est d’apercevoir un avion, ailleurs, dans le ciel.
Pourtant, rien de très excitant finalement. Le croisement est tellement rapide que ce petit traffic, quelques milliers de pieds plus bas, reste pour notre oeil un point avec un gros trait blanc derrière. Mais ce point d’une trentaine de tonnes a deux ailes et il vole ! Ca change tout …

Et voilà, encore une traînée de condensation qui va masquer le soleil et participer au refroidissement de l’Angleterre. Toutes nos excuses !

Derriere un avion

Trainées de condensation d'avions ou contrailsEst-ce afin de mieux les regarder que les avions zèbrent notre voûte céleste ?

Oui, mais pas seulement. En fait ces traînées de condensation sont simplement constituées de vapeur d’eau condensée et cristallisée par le froid régnant en haute altitude : -45°C à 30000 pieds en conditions dites standards (définition de l’atmosphère standard). Le carburant (ici le kérosène) est composé d’atomes d’hydrogène et de carbone, et lors de la réaction de combustion avec du dioxygène au sein du réacteur, des molécules d’eau sont produites. Comme pour les tracteurs ! Mais avec des quantités et des conditions atmosphériques un peu différentes, on fabrique des traits qui peuvent perdurer parfois une journée complète.

Sur cette photo, on constate un autre phénomène moins courant et plus éphèmère. La trace partant du coin supérieur gauche de l’image contient, en plus de la traînée de condensation classique, deux vortex. Ils sont constitués d’air tourbillonant et sont un effet pervers de la création d’une force de sustentation permettant de faire voler nos beaux aéronefs. D’ailleurs si on pouvait les éviter ces vortex, tout le monde serait plus heureux !

Ces traînées atmosphériques sont à l’origine de nombreuses théories et sont curieusement paradoxales puisqu’elles contribueraient, par deux effets différents, à la fois au réchauffement de la planète et à la fois à son refroidissement.

Quoiqu’il en soit, plus j’en vois, mieux je me porte 🙂