La patience du pilote

Nez d'un Airbus A319 au parkingMême s’il a la chance d’utiliser quotidiennement le plus beau bureau du monde, le pilote de ligne doit savoir faire preuve de patience dans l’exercice de sa passion.

Un vol est un enchaînement de phases très actives telles le roulage, le décollage ou l’atterrissage, entremêlées de périodes où il faut simplement attendre et veiller, comme l’embarquement de passagers ou la croisière.

Cependant la patience du pilote est une variante active de celle dont on ferait par exemple preuve en attendant son train. La loi de Murphy étant trop souvent vérifiée, un problème inattendu apparaitra avec certitude au moment où l’on y est le moins préparé. D’où l’intérêt d’avoir à chaque instant , et même dans les périodes très calmes où tout va bien, une représentation mentale de la situation la plus proche possible de la réalité.

Ainsi, derrière l’apparence calme de cet immobile Airbus A319 en cours d’avitaillement se cache un équipage détendu mais prêt à réagir instantanément en cas d’anomalie.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s