Le choix du champ en cas de panne moteur

Quand on vole avec un petit avion monomoteur, il faut prévoir la situation de panne. Dans ce cas, la solution est l’atterrissage en campagne, c’est à dire se poser dans un champ en planant.

Ca parait évident mais le choix du champ idéal est en réalité une discipline dissimulée dans celle du pilotage.
Le problème : il y a beaucoup de champs, mais même si l’avion en panne continue à voler, on a très peu de temps pour réagir (trois minutes entre la panne et le toucher au sol c’est déjà sympa) et certains obstacles sont difficiles à observer d’en haut, comme les lignes électriques.
Le champ représenté sur la photo serait le choix parfait pour un atterrissage en campagne : plat, assez étendu, l’herbe y est rase, le sillons peu profonds, pas de lignes électriques ni de clôtures à proximité, pas loin d’un village, …
Malheureusement, il a une très faible probabilité d’être élu meilleur lieu d’atterrissage en campagne. Il est en effet situé juste en bordure de l’aérodrome de Merville, et même en cas de panne, une piste reste la meilleure solution pour se poser.

Pour regarder moins souvent les champs, il faut avoir plusieurs moteurs … plus tard sûrement !


4 réflexions sur “Le choix du champ en cas de panne moteur

  1. En tout cas… encore chanceux que les pilotes puissent avoir des chances d’atterir sain et sauf! Salutations aux pilotes que nous voyons parfois dans les médias et qui réussissent à faire atterrir leur avion sur une autoroute!!!

    J'aime

  2. Bonjour, J’ai suis arrivée sur ton site, car figures-toi que nos blogs ont été cités sur France Inter hier matin dans une émission qui parlent des blogs.Si tu n’as pas été mis au courant (c’est une internaute qui m’a informée) tu peux voir ce qui a été dit sur mon blog. J’ai rajouté ton blog dans mes liens.@ bientôt sur le net!

    J'aime

  3. Coucou Chech! En bonne agronome, je me demande immédiatement: quelle est la compensation pour le pauvre agriculteur dont le travail aura été (bien qu’élégamment) écrabouillé?…Très beau blog en tout cas, moi qui ai toujours un peu l’angoisse au ventre pendant les trajets aériens me souviens en te lisant que c’est d’abord la fascination du vol qui a poussé les hommes dans leur rêve de conquête du ciel…Marie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s